GERMENAY

142 habitants - altitude 250 mètres - surface 1290 ha

HISTOIRE : le nom de GERMENAY viendrait du latin Germenagus, colon romain (on trouve dans les textes en 1287 GERMANYANUM), mais ce nom pourrait aussi bien venir de l'invasion des GERMAINS, on n'a pas de certitude à ce sujet

Ce sont les moines du prieuré de Boisgirault qui desservent cette paroisse jusqu'au XIVème siècle. La commune est arrosée par le ruisseau des Bouilles. Ce fut de tous temps un habitat d'éleveurs de bétail dont l'expansion débute au XVIIIème siècle et perdure au XIXème. C'est l'engraissement du bétail, l'embouche, qui fait la richesse des ses exploitants et le remplacement progressif des maisons paysannes par des habitations cossues souvent avec perron , est là pour en attester. 

 

la source de la villaine 

A VOIR : L'église Saint Aubin en pierre de Bourgogne (ne se visite pas). Elle a dû être agrandie au XVIIIème siècle étant donnée la poussée démographique du village. On a conservé le nartex gothique, le clocher dont la porte est ornée deux salamandres. Le choeur a été reculé sans toucher aux arcs ni aux ogives. Le reposoir en sculpture gothique flamboyante est conservé et scellé dans le nouveau choeur. La chair monumentale (offerte par un habitant) est en pierre marbrière soutenue par trois femmes drapées, représentant la foi, l'espérance et la charité. Le vitrail du choeur, 1897, du maître verrier J.P.. Florence s'inscrit dans le style florentin, tandis que le vitrail représentant la nativité 1947 par le maître verrier R. Landeur , dans les coloris bleus, se veut un rappel de ceux du XVème siècle. 4 autres vitraux ornant le choeur sont du même artiste. Le cimetière est situé devant l'église et garde encore quelques tombes anciennes entourées de fer forgé. Des demeures d'éleveurs qui attestent la richesse sans afficher de fantaisie. Une croix de mission au carrefour de la route de Marigny et du C2

 Retour à la carte du canton.