GRENOIS

104 habitants - altitude 250m - surface 1450 ha - les grenoillais

ETYMOLOGIE - De Sancta Genovefa (en 1136)
HISTORIQUE : Pour comprendre Grenois, il faut admettre qu'historiquement son coeur et sa tête sont les deux collines qui le dominent à l'est et au sud. A l'est la montagne l'a dirigé spirituellement pendant des siècles. C'est là que s'installa au XII°s. un prieuré de bénédictins, rattaché à l'évêché de Nevers, et dont l'église Sainte-Radegonde/Sainte-genevièvre fut la paroisse du village en contre-bas. Plus loin au sud une forteresse, celle des Rongefer, de la famille des seigneurs de Saint-Verain, dominait la région, avec à ses pieds le village d'Huban, patrie au XIVème siècle de Jean d'Huban président de la chambre des enquêtes au parlement de Paris, et surtout fondateur de l'école Ave Maria. A Grenois l'hiver était occupé à peigner le chanvre cultivé tout autour, au pied des pentes garnies de vignes produisant du vin de bonne qualité. C'est aussi à Grenois qu'apparaissent en 1890 les premières machines à vapeur du canton. Les maladies de la vignes eurent raison de l'étendue du vignoble, et on ne cultive plus le chanvre. le village est à vocation agricole dans une région vouée à l'élevage. Si en 1856 Grenois était la troisième commune du canton avec 775 habitants, à la fin de la seconde guerre mondiale le village était moribond ; en 1990 il ne restait plus que 104 habitants. Aujourd'hui grâce aux résidences secondaires la population double en été même s'il ne reste plus hélas aucun artisan ni commerçant. Plusieurs actions ont été entreprises pour la renaissance de Grenois : route carrossable vers le cimetière et parking - sauvetage des chapelles de la montagne et d'Hubans - réfection, modernisation, puis location du presbytère - programme de régénération de la forêt (qui couvre 1/3 de la superficie communale) sur 12 Ha - actions culturelles (plaques des rues, stèle, conférences, expositions de plasticiens...) - remise en état des chemins forestiers - aire de pique-nique sur la colline (vue panoramique) - itinéraires de randonnée balisés - aire de décollage pour deltaplanes en cours

 

photo à venir

A VOIR : EGLISE DE LA MONTAGNE - XIIème, XIXème, XXème siècles - Elle fut celle du prieuré jusqu'à la révolution et l'église paroissiale jusqu'à la construction de l'église de Grenois. Le cimetière qui l'entoure est toujours celui de la commune. Abandonnée à la fin du XIXème siècle, elle était en ruine, et on ne put conserver que le choeur ogival, les colonnes romanes et le clocher. Devant cette façade reconstituée sur le terrain d'une partie du cimetière actuel, s'étendait la nef primitive. L'église à l'origine fut construite sur une fontaine sacrée, dont le puits (XIIème siècle) de faible hauteur est encastré dans le mur du choeur. La margelle est d'une seule pierre polie. voir aussi la croix de Choeur forgée en 1956 (B.Fougerat) d'inspiration cistercienne, scellée derrière l'autel. Voir également la Croix centrale en pierre du cimetière. STELE - Sur le chemin qui monte à la montagne, stèle commémorative (élevée à l'initiative de M.Gougat, ancien maire) "Le nivernais à ses immortels" (Mancini-Nivernois, De Radovilliers, André Dupin, Maurice Genevoix). CHAPELLE D'HUBAN - XIIème, XVIIIème, XIXème, XXème siècles (on ne visite pas) - Le cimetière devant la chapelle est celui de la commune d'Huban. Au bout de l'éperon s'élevait le château fort, disparu, des Rongefer, famille qui donna deux croisés au XIIème et XIIIème siècle. La chapelle restant attachée à la baronnie d'Huban, fut propriété privée des Bussy-Rabutin de Brinon, la dernière propriétaire fut Zoé de Cayla, égérie du parti conservateur, maîtresse de Louis XVIII. Elle échangea la chapelle avec la commune de Grenois en 1852 contre un droit d'eau, celui pour son métayer de faire boire ses bêtes dans la fontaine du village. LAVOIR COMMUNAL (XVIIIème, XIXème siècle) - Au centre de Grenois. La commune fit construire un bassin de lavoir dans une chapelle désaffectée, à l'architecture très reconnaissable, et dont le sous-sol recelait une source. la fontaine est toujours en activité. Le lavoir proprement dit occupe toute la surface de la chapelle, dont on a conservé les ouvertures. EGLISE DE GRENOIS (on ne visite pas) - Construite et décorée en 1892, en style néo-byzantin. PUITS COMMUNAUX

 Retour à la carte du canton.