GUIPY

67 habitants - altitude 280m - surface 1835 ha

ETYMOLOGIE : A l'origine un latin Vispius a donné son nom à ce lieu, qui au XIIème siècle prend le nom de "Guispe".

 HISTORIQUE : Ce village s'est établi dans la vallée du Corneau (ou Cornot) autour d'un prieuré Génovéfain construit grâce aux libéralités du seigneur Séguin de la Tournelle, avant son départ pour la croisade en 1147. La route actuelle, D977 bis, ne traverse le village que depuis le milieu du XIXème siècle Le domaine du monastère s'étirait le long de la rivière. Les bâtiments du prieuré proprement dits bien que démantelés à la révolution, puis remplacés en partie au XIXème siècle pour reconstruire un château massif; ont laissé quelques vestiges. Tout à fait en dehors, l'église paroissiale actuelle dédiée à Saint-Germain l'Auxerrois fut fortement remaniée au XIXème siècle sur une construction du XVIème siècle. Guipy construit dans la vallée élargie du Corneau bénéficie de sa situation non loin des étangs de Vaux et du canal du Nivernais. A Guipy sont rattachés quelques beaux domaines, situés à la périphérie, comme le château de Chanteloup.

 photo

 

A VOIR : PETITE CHAPELLE - Centre du village. Ce devait être une chapelle-oratoire conventuelle, mise en évidence par le percement de la route au XIXème siècle A l'intérieur un retable en pierre blanche au fronton triangulaire classique de la fin du XVIIIème siècle marque l'emplacement d'un autel disparu. A l'extérieur dans une niche protégée, les moines ont placé une statue naïve de Saint-Germain. ANCIEN PRIEURE - route d'Héry (on ne visite pas). Le château massif construit au début du XIXème siècle fut remis par un de ses propriétaires, le mécène de Chavannes, à un couvent, avec un bail de 99 ans, afin de créer un orphelinat "la providence des enfants de Guipy" qui fut repris en 1952 par "la sauvegarde de l'enfance". De l'époque du monastère, il subsiste le gros colombier, et une partie du logis du prieur. TYMPAN du porche de l'église paroissiale (fin XIXème siècle) - Au moment de la restauration de l'église, il fut posé un tympan sculpté, daté de 1876, il n'est pas signé, mais sa facture rappelle celui du porche de l'église de Neuilly. CIMETIERE - Quarré des tombes des juifs détenus au château de Chanteloup pendant la guerre (sous la tutelle de la fondation de Rotschild). DOMAINE D'AINAY - Route de Corbigny - On peut voir de la route ce domaine agricole, encore métairie dans la première moitié du XXème siècle. La maison principale remplace un bâtiment qu'on peut imaginer avoir été semblable à ceux qui lui sont accolés. Cette grosse villa illustre parfaitement la vogue de la deuxième moitié du XIXème siècle pour les villas de plaisance normandes avec frontons et balcons en bois. Aussi surprend-t-elle au milieu de ces granges et écuries très nivernaises.

 PRECY (étymologie "pasc": pâturage) - route de Corbigny - Très remarquable, construite au XIVème siècle, cette maison-forte conserve l'aspect défensif du à ses tours d'angle situées à l'arrière, son allure massive et compacte. Ces habitations peu riantes furent abandonnées au cours des temps pour d'autres résidences et converties en exploitations agricoles.

DOMAINE DU CHATEAU DU PRE - Visible de la route des étangs de Vaux, l'ancien domaine agricole du prieuré conserve ses bâtiments, son pigeonnier etc...

 CHATEAU DE CHANTELOUP (on ne visite pas) - Sur la D274 entre Guipy et Dompierre-sur-Héry, en un endroit dénommé au moyen-âge "le champ de loups", le château reconstruit au XVIème siècle sur l'emplacement d'une demeure seigneuriale est situé à l'écart dans ses bois aux chênes centenaires. A la partie centrale avec ses deux tours est accolée une aile du XVIIIème siècle La cour d'entrée est ornée d'un très beau puits renaissance. Une douzaine de familles importantes ont habité Chanteloup, actuellement gîte et centre équestre.

Retour à la carte du canton.